vendredi 26 août 2016

Paris en Sac

Je suis complètement à l'ouest en ce moment. J'ai passé un été très long: 10 semaines de vacances pour les enfants... ce qui veut dire 10 semaines d'enfant à la maison en permanence. Il fait si chaud que les après-midi, je ne peux les laisser jouer dehors longtemps. Donc ils sont à l'intérieur, et ils font un bazar.... monstrueux. 


Et encore, là, il n'y avait que des playmobils. Parfois, c'est un mélange Lego - Voitures - Petshop - Playmobil - Sylvanian - Kapla. 

J'ai osé croire que je pourrais remédier à ce problème. Pinterest, c'est comme un gourou: ça vous fait croire que tout est possible, que la vérité, ignorée par tous, est là. Oui, d'après pinterest, il y avait une solution miraculeuse, et que j'étais en mesure d'accomplir: le sac-tapis de jeu!

***

Comme je suis du genre à me compliquer la vie très rapidement, j'ai voulu faire un plan de ville. Ils jouent généralement bien avec leur tapis de route. Mais je voulais faire sobre et graphique. La salle de jeux a des murs gris, et il y a de la déco grise, blanche, un peu de noir et du rouge. J'ai trouvé dans mon stock un tissu de chez Ikea, que je trouvais génial, mais dont je ne savais pas quoi faire. J'ai donc coupé un grand cercle du diamètre de la laize dans un vieux drap blanc, à l'ancienne, et le même cercle dans le tissu ikea.  

Le plus long a été de faire les routes. Pas les réaliser, mais les inventer. Je ne suis pas experte en plan de ville, ni en routes. Je voulais faire beaucoup, beaucoup plus de rues et de détails. Mais mon mari m'a dit que les enfants jouaient mieux sur une page blanche que dans un monde totalement construit. Alors j'ai fait des routes différentes avec un quartier résidentiel, un aéroport, un rond point. Très très important, le rond point. Ici, il n'y en a que 2... c'est mon devoir de mère française que de leur enseigner l'art du rond point français. Pour les routes, j'ai simplement coupé du tissu noir, posé à l'endroit souhaité, et fait un point zigzag aux bords. Large, le point zig zag, car vu la quantité à réaliser, je ne voulais pas perdre trop de fil. 



N'ayant pas envie de gâcher les parures de ce tissu extra, j'ai découpé les dessins qui étaient complets, ou presque, pour les coudre sur le tapis. Ainsi, il y a un parc avec un moulin dans ma ville. A San Francisco, le Golden Gate Park a deux beaux et grands moulins. 



Au moins, ils jouent avec le tapis. Parfait pour mettre toutes les maisons en Lego. Et le garage à voiture pas loin... Ils sont allés chercher la tour Eiffel pour la placer en ville. N'ayant pas d'Arc de Triomphe, ils l'ont construit en Lego. Moi qui voulait leur faire San Francisco (il y a une petite plage, avec crabes, comme à SF), eux l'ont transformé en Paris


Donc pour faire le tapis, j'ai fait mes deux cercles, en les cousant sur l'envers, puis en retournant (c'est long!). J'avais posé des œillets à deux opposés, et réalisé une coulisse, surpiqué le bord du tissu pour faire propre et net. Le mari est allé chercher de la corde au magasin de bricolage (la même à la mercerie est dix fois plus chère), et nous avons entrepris le long travail pour faire passer le cordon à l'intérieur. Le premier cordon était trop gros et ne passait pas les oeillets. Le deuxième cordon allait. Mais une fois tout fini, c'était très dur à coulisser pour refermer. Et d'ailleurs, ça ne fermait pas: l'ouverture baillait de 30 cm. Le tissu, trop épais, ne fonctionnait pas.

C'est le genre de moment où on est de très mauvaise humeur. Passer des heures et des heures pour un résultat si mauvais est rageant. Et je n'étais pas sûre de trouver une solution. Après un cogitage intensif, puisque le tissu gêne, j'ai décidé de m'en passer. J'ai acheté un ruban costaud (du type gros grain en synthétique, costaud, hein), j'ai décousu la piqûre et la surpiqûre aux endroits où je voulais passer les petits bouts de ruban. J'en ai posé tous les 15 à 20 cm, et mon ruban faisait 4 cm de longueur, environ. C'était encore plus long à faire... J'ai recousu, en piquant par dessus mes surpiqûres. Tout le long du cercle. Le cordon est ultra facile à enfiler, un seul tour suffit... gain de temps, de matière première... pourquoi ne pas y penser avant????


Et miracle des Dieux (pardon, de Pinterest), ça ferme.  Plus grand miracle: les enfants l'aiment beaucoup. Et SAVENT l'utiliser. La fréquence d'utilisation reste à déterminer, mais je peux vous dire qu'ils ont un grand intérêt à le faire, car vu le mal que je me suis donné à la faire, il va être utile, de gré ou de force.


Avantage de ce type de tapis, par rapport aux tapis de voiture habituels: il se range facilement, et se lave! Mon chien, alors bébé, avait pissé sur l'autre tapis et, dans l'impossibilité de le laver, il avait fallu le jeter (bonjour le gâchis pour la planète). Là, ils peuvent même le transporter dehors pour jouer dans l'herbe. 

Maintenant, ce que je regrette réellement, c'est de ne pas l'avoir réalisé plus tôt. Pour les voyages, c'est vraiment très pratique. En fait, je vous conseille vraiment de le faire. Sans faire mes erreurs, ce tapis sera très rapide à faire, et très utile!

A bientôt. Ou tard, en fait... Je ne me force plus beaucoup pour tenir un rythme de blogage régulier. J'ai des centaines de choses à montrer, mais écrire des posts me décourage d'avance. Alors je fais au grès du vent, sans stress. 

samedi 25 juin 2016

La joueuse

J'ai joué et j'ai perdu.

Ici, on trouve des patrons pochette Simplicity et autres pour 1 à 2 $ pendant les promos. Mais tout de même, j'aime acheter des patrons de petites créatrices pour soutenir la création.

Il y a des patrons français que je ne peux plus acheter, même en pdf, car le format d'impression est en A4, et ici le papier est "letter", soit plus large et moins haut. Il faut que j'achète du papier A4, quelque part. Mais ce patron, je l'avais acheté avant mon départ. J'adorais sa forme, la doublure qui dépasse, l'encolure. Et puis, pour 5€, le prix était très raisonnable.


Les explications sont plutôt bien, la tunique se fait assez tranquillement. 

Oui mais... 

Pas pour ma morphologie. Soit elle a été modélisée pour une personne étant un "V" comme dirait Christina qui relooke sur M6, soit je suis vraiment un A qui sort des standards. Je sais que j'ai un petit buste, des épaules pas trop larges, et que je suis petite. Néanmoins, je ne suis pas très éloignée de la moyenne des françaises, aussi n'y fais-je que très peu de cas lorsqu'il s'agit de m'habiller, ou de choisir un patron. 

Mais là, je ne peux pas porter cette tunique. 

Sur cette photo, elle n'est pas seyante, mais on ne voit pas trop le problème... 


Et en remontant les bretelles, on voit bien qu'elle est faite pour une poitrine plus haute, des épaules plus hautes et plus larges. La taille redevient visible, et les hanches sont joliment soulignées.



Et avec ce joli décolleté large devant et dans le dos, mais beaucoup trop large sur moi, ce qui se passe, c'est que les épaules tombent et je me retrouve bien dénudée au milieu du restaurant (sur cette photo, j'avais remonté la maudite épaule qui tombe tout le temps).


Bref, déçue. Taille S. J'ai même pas envie de retailler le patron. C'est pas pour ma morphologie, tant pis. Je suis un A, et ça ne peut pas passer partout.

J'ai aussi fait le patron Nadine de République du Chiffon. Et j'ai pesté après les explications très courtes. J'ai fini par achever la chemisette, sans véritable plaisir. Et puis il y a le patron Sybille, du magazine Maison Victor (de l'an dernier)... explications manquantes aussi, ou alors je ne sais plus lire depuis quelques temps... Et la robette est devenue une robette que je peux porter.

Je n'arrive pas à prendre un joli tissu et me lancer depuis quelques semaines. C'est même pas la peur de l'échec, c'est surtout gâcher un joli tissu qui me tracasse.

Alors je me concentre sur autre chose, et je regarde mes légumes pousser

Mes enfants ne veulent pas manger nos tomates... ils disent qu'elles ont un goût bizarre (oui, pas un goût de flotte), et qu'elles ont la peau dure, ou la pulpe trop pulpeuse (oui, pas mollassonne). 


Je vous annonce la naissance de mon premier melon, et de ma première aubergine. Oui, l'aubergine est blanche. Celles qui devraient être couleur lilas ne veulent pas sortir encore.


Puis nous sommes allés voir le fameux lac Tahoe, juste à côté de chez nous. Pour moi, Tahoe, c'était le nom donné à mes cookies préférés quand j'étais en France. En fait, c'est un lac grand comme le lac Léman, et c'est dans la montagne. Il y fait plus frais qu'ici, ce qui est un bon moyen de se rafraîchir lors des fortes températures. On va commencer à apprivoiser les alentours un peu plus grâce aux vacances, les enfants récupèrent un peu de leur année scolaire.

































A bientôt, avec j'espère, de meilleures cousettes. 

dimanche 12 juin 2016

Dahlia

Dahlia, de Colette Patterns. Ce patron est souvent fait en version A, avec les manches. Robe un peu automne-hiver... Mais j'avais d'abord repéré la version B, d'été. Logique avec les températures qu'on se prend par ici... 

Il y a 3 semaines, après beaucoup d'hésitations sur la taille à choisir, je me suis lancée. Et je me suis trompée, j'ai pris la taille 2 qui est un peu trop juste au niveau de la taille. Ca passe car j'ai essayé de gagner quelques précieux centimètres sur les côtés.

Beaucoup d'hésitations sur le tissu, puis sur le biais. J'ai fini par opter pour le rouge, mais le moutarde me tentait beaucoup. M'enfin, en "Rouge et Noir" me rappelle trop un livre que j'ai adoré, une chanson que je ne supporte pas mais que je suis capable d'avoir en tête en un quart de seconde, et une équipe de Rugby que je supportais, à l'époque où j'étais sans enfant et moins occupée. 


Par contre, je suis assez agacée par ce patron sur deux points: bizarrement, les pièces de la ceinture s'emboîtaient mal (avant mon élargissement sauvage). Je ne suis pas exempte d'erreurs, donc je ne blâme pas le patron en premier. Mais ça me paraissait assez étrange. 
Deuxièmement, les bretelles... le patron est prévu avec marges de couture. J'ai cherché dans les explications, ou dans les tutos sur leur site si on retirait ces marges pour coudre le biais. C'était quasi impossible à savoir. Pour ne pas faire d'erreur, j'ai essayé d'abord en conservant les marges (quand on coupe, en couture, c'est définitif, c'est donc la dernière solution à essayer). Et comme je l'avais deviné, ça n'allait pas. 
Il faut donc, pour coudre le biais, retirer les 1 cm et quelques d'abord. C'aurait été gentil de l'écrire quelque part, j'aurais gagné du temps. 


Et comme vous les réclamez à chaque fois, les photos portées. Navrée, je ne suis pas miss Sourire, car j'ai jamais été à l'aise face à un appareil photo. J'essaie d'apprendre, et avec de la chance, vous verrez des progrès avec le temps. Déjà, j'accepte un peu plus de montrer ma trombine.




Et oui, je kiffe mes ballerines. Elles sont un peu serrées, j'aurais peut-être dû prendre la taille au dessus, aussi. Ou alors je commande la version licorne pour mon anniversaire


Et puis ça allait très bien avec la petite veste commandée sur le même site, le tout pendant les soldes de Noël.


Ah, et puis... le petit sac Vanessa Bruno que Mathilde m'avait offert pour mes 30 ans... parlons en! Je n'ai pas trouvé le ruban à paillettes ici. Vous savez si ça se trouve encore facilement en France? Je ferai des stock dès que je pourrais.

***


A part ça, donc, depuis début juin, il fait chaud... Genre, TRES chaud.


Et mon frigo est cassé. Les boules. Il était tout neuf. On en attend un nouveau car ils nous le changent. En attendant, je contemple le vide dans ma cuisine... C'est tout de même pénible quand il fait chaud de ne pas se rafraîchir.


Les enfants sont en vacances depuis le 4 Juin. C'est parti pour 2 mois et demi de folie. Ou de résignation maternelle.


Jusqu'au jour des vacances, je réussissais à tenir un semblant d'ordre. Les enfants étaient occupés. Lorsque Raphaël a été malade, je lui ai enseigné l'art de changer les fils de la machine à broder. Pendant qu'il bossait pour faire les cadeaux de fin d'année aux maîtresses (sur le thème de Noël, soyons logique, n'est-ce pas), moi je buvais mon café. J'étais le capitaine à bord... Mais depuis que la cloche a sonné, je ne réussis plus du tout à maintenir un rythme, un ordre ou même une logique.



Ici, les mamans offrent souvent des cartes-cadeaux aux maîtresses. Mais je n'ai pu m'y résoudre, même si la facilité était très tentante. Je n'arrive pas à offrir de bon d'achat. J'ai eu plusieurs idées cadeaux, que j'ai essayé de coudre. Sans succès. Je suis donc restée sur un cadre avec broderie (jeu de mot sur Noël et leurs noms de famille), et un coussin brodé. Mais le plus surprenant pour moi, c'est que les maîtresses offrent aussi un cadeau aux mamans qui ont aidé au cours de l'année. 


Premier jour des vacances, Raphaël était invité à un anniversaire. Il a choisi la broderie, les couleurs, et a cousu un peu le tote bag. Comme quoi, la formation a été très utile. 



J'ai réussi à faire une cousette, une seule, en dix jours. Tissu coupé depuis 3 semaines. Résultat décevant. Alors je suis repartie en cuisine ou dans mon jardin.


Il faut dire que les abricots étaient mûrs. J'ai donc eu 6 kg d'abricots en 4 jours à utiliser... Je ne veux plus voir un pot de confiture avant des mois. J'ai pesé tellement de sucre pendant ces jours que j'en suis devenue moralement diabétique.


Pour compenser, je me suis mise à faire des cornichons. Pardon, des "bread and butter pickles". J'étais contente, car ils sont bons.


Enfin... je suis revenue au sucre tout de même. Ici, il n'y a pas de perles de sucre. Alors j'ai essayé les chouquettes aux pépites de chocolat ou de peanut butter. Je vous le dis, ça ne marche pas, ça ne fond pas assez pour s'accrocher sur la chouquette qui gonfle. Je suis donc en manque de chouquettes. 


Finalement, j'ai abandonné. Je retenterai d'avoir un rythme la semaine prochaine. Ou pas...




 A bientôt!